Ancien monde, nouveau monde

Ancien monde, nouveau monde… quand j’étais gamin, j’allais souvent me promener avec mes parents le long du sentier des douaniers à Cap d’Ail. Parfois on se plantait dans une crique pour tenter de pêcher quelques pauvres poissons. Empaler une trémouline sur un hameçon m’apparaissait nécessairement un peu cruel mais au bout de la deuxième, la troisième, je m’y faisais et ne prêtait même plus attention aux viscères bruns qui dégoulinaient sur mes doigts. Nous étions tous mauvais pécheurs. Tant mieux pour la faune. Tant pis pour ces pauvres vers marins qui trépassaient au nom de quelques hasardeux espoirs. Mais pourtant, parfois, nous sortions de l’eau quelques pesci : rougets, sars, roquet, de petites rascasses, souvent des gobies ou des castagnoles. Aujourd’hui je n’y retourne guère plus : l’endroit est envahi par toute cette clique mondialiste et friquée qui gravite dans les environs. De jeunes femmes aux allures de top models y font leur jogging habillées en Prada, agitant leurs faux seins au rythme des soubresauts du sentier. Certaines ont leur coach personnel qui les suit, souvent des jeunes bodybuildés dont on ne sait pas trop quel organe de leur cliente ils s’affairent à entretenir le plus… Enfin, je ne veux pas être mesquin, elles ont sans doute d’aussi bonnes raisons de vouloir mettre à distance la cellulite que leur mari volage de se tenir loin du fisc… Bref, je ne sais pas quel monde est le meilleur, l’ancien où l’on étripait les trémoulines avant d’assommer la malheureuse poiscaille, ou le nouveau avec tout son lot de saloperies. Bref, vous connaissez ma réponse, et elle est arbitraire : je préférerai toujours l’ancien, d’autant, bien sûr, que le nouveau ne fait rien pour qu’on se sente le droit d’y appartenir un jour (qui de sain d’esprit le voudrait d’ailleurs ?). MORALE DE L’HISTOIRE : Il vaudra toujours mieux manger du poisson frais plutôt qu’une moule ayant fait trop de route !

Des nouveautés chez Laure Matarasso

De nouveaux entrants chez Laure Matarasso : une petite toile 20x20cm du Chat Rose : « Chaphrodite sortant des eaux », façon Botticelli. Et deux petits Cougourdons 3D dont un doré a l’or fin (ils sont en aluminium, je les fonds moi-même dans mon four de fusion).

Le Chat Rose chez Laure Matarasso
Le Chat Rose chez Laure Matarasso

Au Festival du Livre de Nice 2021

Le Chat Rose et moi-même avons passé un excellent moment lors du Festival du Livre de Nice 2021. Nous étions les invités des éditions OMNIS, sur le stand de Créa2mains, à l’occasion de la sortie du livre de Félicitas Guillot « Haro sur les (micro)plastiques ! ».

Ci-dessous une photo de la glorieuse équipe OMNIS, avec de gauche à droite : Jérémy Taburchi, Sandrine Martinez, Alain de Fombelle, Félicitas Guillot et Valerio Paltenghi.

Les éditions OMNIS au Festival du Livre de Nice
Les éditions OMNIS au Festival du Livre de Nice

Sortie du livre « Haro sur les micro(plastiques) ! » aux éditions OMNIS

Le Chat Rose et moi-même sommes très heureux d’annoncer la sortie du livre de Félicitas Guillot que nous avons illustré : « Haro sur les micro(plastiques) ! » aux éditions OMNIS. Cet ouvrage s’attache à sensibiliser les enfants et leurs parents aux problème de la pollution océanique par les micro-plastiques. Le livre est préfacé par Maria Luiza Pedrotti, chercheuse au CNRS œuvrant au Laboratoire d’Océanographie de Villefranche sur Mer.

Haro sur les micro(plastiques) Félicitas Guillot éditions OMNIS

La présentation au public se fera lors du Festival du Livre de Nice qui se déroulera à partir de ce vendredi 17 septembre 2021 (jusqu’à dimanche).

Haro sur les micro(plastiques) Félicitas Guillot éditions OMNIS
Haro sur les micro(plastiques) Félicitas Guillot éditions OMNIS

Timelapse sur peinture du Chat Rose

Une petite vidéo accélérée de ma peinture en cours : « Souvenir de fac », un recueil des supposés paradis artificiels auxquels s’adonnent bon nombre d’étudiants. Ce grand tableau de 120x120cm, réalisé entièrement à l’acrylique, est une commande d’un collectionneur niçois. Un grand merci à lui.

A propos de peinture…

Je vous avais indiqué il y a quelques semaines de cela que je m’étais attelé à la peinture d’un grand tableau sur le thème de la fête et des excès. Ce sujet m’a été proposé par le collectionneur qui m’a commandé cette toile. Cela m’a rappelé mes années de fac (d’où le titre : « Souvenirs de fac ») durant lesquelles l’insouciante jeunesse s’adonne à toutes sortes de plaisirs et de découvertes… Ci-dessous une photo de l’œuvre. Vous noterez qu’il reste une partie des fonds à réaliser.

"Souvenirs de fac" une peinture de Jérémy Taburchi
« Souvenirs de fac » une peinture de Jérémy Taburchi

Une sculpture en bronze « Allo t Où ? » à la Ferus Gallery de Saint-Jean-Cap-Ferrat

La vidéo de la sculpture en bronze « Allo t Où ? » de Jérémy Taburchi à la Ferus Gallery. Le Chat Rose est posé insouciamment sur une vanité et donne un coup de fil. Evocation de l’absence ? Ou allégorie de la vie qui passe ? Plusieurs messages peuvent y être lus. Plus d’informations sur : www.ferus-gallery.com et www.jeremy-taburchi.com.

Lou Can à l’atelier Soardi & Soardi dans le Vieux-Nice

Merci à l’Atelier Soardi & Soardi qui accueille dorénavant quelques exemplaires de la revue Lou Can à laquelle je contribue. Un lieu incontournable à (re)découvrir dès la réouverture au public, pour tous vos encadrements et travaux d’embellissement de tableaux, dessins et estampes. Pour connaitre l’adresse : Rue de la Barillerie, Vieux-Nice.

Une invitation à parler de la revue Lou Can sur Azur TV

J’étais l’invité de Nicolas Galup ce 03 mars 2021 pour son émission « le Grand Direct » sur Azur TV afin de parler de la sortie de la revue Lou Can N°7 que j’édite et à laquelle je participe. L’occasion de parler de la création artistique durant une pandémie et d’évoquer les difficultés à pratiquer de manière habituelle son activité d’artiste.

Nice Matin parle du Chendrillon

L’attentat odieux qui a été perpétré dans le quartier Notre Dame à Nice ne laisse pas les âmes à la célébration, mais il faut bien que je cite – afin de les remercier – ce bel article de Nice Matin, édition du mercredi 29 octobre 2020. Tout comme je remercie Christine Rinaudo pour sa belle plume 😽

Un article de Nice Matin sur le livre Chendrillon
Un article de Nice Matin sur le livre Chendrillon

Réception du colis, les livres sont arrivés

Le projet de financement participatif du livre « Il était une fois… Chendrillon » a réussi ! Merci à vous tous qui avaient participé à celui-ci, d’une manière ou d’une autre, que ce soit en apportant des fonds ou en me montrant votre soutien. Le hasard faisant bien les choses j’ai reçu hier – dernier jour du projet – le colis de l’imprimeur. Vous trouverez la photo plus bas. Sachez que les délais de livraison initialement annoncés pour les contreparties devraient être respectés, à savoir fin septembre, le temps de préparer tous les colis. Il y a beaucoup de dédicaces à réaliser encore… Encore merci !

Réception du bon à tirer de l’imprimeur

Réception du bon à tirer de l’imprimeur (photo ci-dessous), il est nickel ! Je valide la commande d’ici demain vendredi. Réception prévue des exemplaires dans une quinzaine de jours… Le temps de faire toutes les dédicaces et de préparer l’ensemble des contreparties, tout devrait être expédié d’ici fin septembre.

Bon à tirer du livre Chendrillon
Bon à tirer du livre Chendrillon

Participez à la publication de mon prochain livre !

Participez à mon projet de livre « Il était une fois… Chendrillon » ! Je vous propose d’apporter votre contribution grâce à ce financement participatif sur Kiss Kiss Bank Bank. Il y a de belles contreparties pour toutes les personnes qui apprécient mon travail et le Chat Rose, ainsi que la possibilité d’obtenir grâce à ce système un exemplaire à tarif préférentiel du livre.

Cliquez sur ce lien pour participer à ce financement participatif.

Il était une fois... Chendrillon de Jérémy Taburchi
Il était une fois… Chendrillon de Jérémy Taburchi

Un article dans Nice Matin

Nice Matin en parle : mon interview par Amélie Maurette à lire dans l’édition de ce jour. Sur le thème « comment les créateurs régionaux vivent leur confinement ». Un grand merci au journal ! Personnellement j’ai décidé de m’abonner à leur formule numérique (le premier mois est à 1€) pour soutenir le quotidien, puisque le quotidien soutient régulièrement et généreusement les auteurs et créateurs locaux.

L’article est à lire aussi sur leur site web en cliquant ici.

Article dans le journal Nice Matin
Article dans le journal Nice Matin

Un nouveau dessin du Chat Rose façon Gandalf

Je suis heureux de vous présenter mon dernier dessin en date « You Shall Not Pass », toujours sur le thème de la lutte contre le Covid-19 et qui reprend cette fois une phrase culte du Seigneur des Anneaux (le film), phrase prononcée par Gandalf alors qu’il s’apprête à terrasser le Balrog… 😷😾🧪🧫🧬💉💊

You Shall not Pass !

Réception des jaquettes de mon Journal d’une exposition

Réception des jaquettes destinées à habiller et protéger mon « Journal d’une exposition » disponible sur www.lou-can.fr. Les personnes qui ont déjà acheté le livre dans le passé et qui souhaiteraient recevoir gratuitement une jaquette pour leur exemplaire peuvent m’écrire depuis le même site en indiquant leur adresse postale.

Le Journal d'une exposition avec sa nouvelle jaquette
Le Journal d’une exposition avec sa nouvelle jaquette

Du nouveau concernant le Journal d’une exposition

Mon livre le Journal d’une exposition, petit manuel à l’usage des artistes débutants et autres utopistes se dotera très bientôt d’une belle jaquette pelliculée brillante afin de protéger sa couverture mat. Les personnes ayant déjà acquis le livre dans le passé pourront se procurer prochainement la jaquette, sans frais, en se rendant dans un des points de vente du livre (voir la liste ici). J’ai réalisé le photomontage illustrant la couverture, à partir de différentes photos illustrant l’expo en question.

La nouvelle jaquette du Journal d'une exposition
La nouvelle jaquette du Journal d’une exposition

Un Chat Rose en bronze chez Laure Matarasso

Le bronze « Allo t Où ? » récemment réalisé auprès de l’Atelier de Fusions Itinérantes est heureux d’être présenté actuellement à la Librairie Galerie Laure Matarasso située au 46 boulevard Risso (dans le passage), à Nice. Le fondeur s’est occupé de la fonte de la sculpture et de son ciselage, tandis que je me suis attelé aux retouches et à sa peinture (pour sa partie supérieure).

Vous êtes cordialement invités à aller découvrir l’oeuvre sur place.